űAwww.wikihay.info/wikihay/index.php?title=Mod%C3%A8le:Shoushi12&printable=yes&printable=yesF:/WikiHay/WikiHay/www.wikihay.info/wikihay/index3b66.htmldelayedwww.wikihay.info/wikihay/index.php?title=Mod%C3%A8le:Shoushi12&printable=yesF:/WikiHay/WikiHay/www.wikihay.info/wikihay/index3b66.html.zx\Ž]ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÈ ŚńàOOKtext/htmlutf-8gzip@Ű7àOÿÿÿÿÿÿÿÿŐș!WSat, 16 Aug 2014 13:14:36 GMT"°1ïpêêĐêđ)ïPê\Ž]ÿÿÿÿÿÿÿÿàO ModĂšle:Shoushi12 - WikiHay

ModĂšle:Shoushi12

Un article de WikiHay.

Jump to: navigation, search
15 avril 2005, numéro 12, page 1/2

Nouvelles de Shoushi

RĂ©daction : Armen Rakedjian ; traduction Bryoni Krikorian


Victoria dans son jardin potager de Goris


Aren et son fils Vahe,
Thé en famille


24 avril 2004 en France par Laure Belekian

MĂ©tĂ©o Shoushi :
Temps : grand ciel bleu
Temp.: 20°C

Coordonnées
Shoushi group
M. Armen Rakedjian
TĂ©l.:00-374-773-1255

Pour recevoir par mail les Nouvelles de Shoushi
s’inscrire par mail :
r.armen@laposte.net
(RĂ©ception N° 11 : 179 inscrits)

1) Processus de paix
La paix qu’il vise Ă  enraciner dĂ©pend avant tout du comportement des belligĂ©rents alors que l’ArmĂ©nie et le Karabakh jouent l’apaisement et que les autoritĂ©s azĂ©ries n’ont jamais cessĂ© de lancer des appels Ă  la guerre, voire simplement des menaces de reprise des hostilitĂ©s, revandiquant des terres qui ne lui ont jamais appartenu. Ensuite il y a le rĂŽle des grandes nations et organismes internationnaux. Avec leurs subventions et leurs lignes de crĂ©dits, ils sont les vĂ©ritabales garants de la stabilitĂ©. Le facteur dĂ©sĂ©quilibrant peut-ĂȘtre, c’est bien sur le pĂ©trole azĂ©ri qui permet Ă  l’Azerbaidjan d’engranger des recettes non nĂ©gligeables, et d’autant plus avec la montĂ©e des cours du baril.
En face l’économie armĂ©nienne se dĂ©veloppe Ă  un rythme accĂ©lĂ©rĂ©e, tout comme celle du Karabakh oĂč la reconstruction des infrastructures est toujours aussi dynamique. L’ArmĂ©nie et l’Azerbaidjan sont toujours en conflit, mais la course est dĂ©sormais Ă©conomique et politique.
Le processus de paix sous l’égide du Groupe de Minsk propose un cadre efficace qui permet d’entretenir les relations diplomatiques entre les deux Etats. Mais c’est aussi cela le problĂšme, la RĂ©publique du Haut-Karabakh (RHK) est laissĂ©e de cotĂ©, restĂ©e non reconnue par la communautĂ© internationale. Et on peut dire que pour la partie armĂ©nienne son intĂ©gration dans le concert des nations est la prioritĂ© des prioritĂ©s, juste aprĂšs celle d’assurer la sĂ©curitĂ© aux frontiĂšres. Et c’est bien lĂ  ou achopent les nĂ©gociations semble-t-il : la dĂ©termination de ce qui doit revenir Ă  chacun, Ă  l’ArmĂ©nie (ou aux armĂ©niens en gĂ©nĂ©ral) et Ă  l’Azerbaidjan. Pour les armĂ©niens, le Haut-Karabakh ne peut ĂȘtre sous quelque forme que ce soit inclu dans les frontiĂšres de l’Azerbaidjan alors que pour l’Azerbaidjan abandonner toute revandication sur le Haut-Karabakh semble tout aussi non nĂ©gociable. Cette divergence est d’autant plus grande qu’il s’agit ensuite de dĂ©terminer le statut des rĂ©gions frontaliĂšres, celles-lĂ  mĂȘmes qui jouent un rĂŽle de premier plan dans la sĂ©curisation du territoire armĂ©nien et d’oĂč sont issues les rĂ©fugiĂ©s armĂ©niens et azĂ©ris et qui.
C’est ainsi que la dĂ©lĂ©gation du Groupe de Minsk de janvier dernier a rappelĂ© que le couloir humanitaire de Latchine bĂ©nĂ©ficiait d’un statut particulier en raison de son importance pour dĂ©senclaver le Karabakh.
Le Groupe de Misnk vient d’annoncer l’ouverture d’un nouveau cycle de nĂ©gociations qui permettrait de parvenir Ă  une rĂ©solution sur dix ans du conflit. L’ArmĂ©nie s’est dite prette Ă  des concessions Ă  partir du moment oĂč elles Ă©taient mutuelles et non unipartite. La reconnaissance internationale de la RĂ©publique du Haut-Karabakh participerait Ă  garantir la sĂ©curitĂ© de la rĂ©gion. En Ă©change, on parle de transfĂ©rer Ă  l’Azerbaidjan quelques kilomĂštres carrĂ©s de terrain actuellement sous administration armĂ©nienne.
La paix se construit à deux et sans démagogie.

----
15 avril 2005, numéro 12, page 2/2
2) Un village de la rĂ©gion d’AskĂ©ran : Khndzoristan
Le village des pommes en traduction littĂ©rale. J’ai eu l’occasion d’y sĂ©journer quelques jours en Ă©tĂ© 2002. A Shoushi, plusieurs de mes amis en sont originaires, mais il est surtout connu pour ĂȘtre le village d’Ashod Ghoulian, l’actuel ministre de l’Education, de la Culture et des Sports de la RĂ©publique du Haut-Karabakh. Son homonyme et cousin Ashod Ghoulian, connu sous le nom de BĂ©cor Ashod (bĂ©cor signifie Ă©clat, tant il fut blessĂ©) fut le hĂ©ros de la libĂ©ration de Shoushi. Il tomba sur le front nord de Kichan en aoĂ»t 1992.

3) Actualités
RĂ©sultat macroĂ©conomiques de la RHK en 2004 :
La balance commerciale est en forte hausse et atteint 61 559,5 millions de drams (exportation : 20 734,4 millions de drams, importations : 40 825,1 millions de drams. En 2004, la balance commerciale augmente de 38,2% par rapport Ă  2003, de 85,8% par rapport Ă  2002 et est multipliĂ©e par 2,2 par rapport Ă  2001, pour les exportations, les chiffres sont respectivement +33,4%, X2,7 et X7,1 et pour les importations +40,7, +59,1% et +62,1%. Le commerce extĂ©rieur avec les pays de la CEI correspond Ă  81,7% du total.
Interview par le journal Azat Artsakh du prĂ©fet de la rĂ©gion de Shoushi, Vladimir Kassian :
Il est notĂ© que dans la rĂ©gion, il ne restait que trĂšs peu de maison en Ă©tat de dĂ©labrement avancĂ© que l’Etat avait construit une ligne Ă©lectrique haute tension et que toutes les localitĂ©s (ainsi que tous les appartements du centre de Shoushi), exeptĂ© le village de Kirsavan, Ă©taient dĂ©sormais connectĂ©es au rĂ©seau de gaz. L’Etat porte une attention particuliĂšre aux familles dĂ©favorisĂ©es, de soldats blessĂ©s ou tombĂ©s pendant la guerre et des familles trĂšs nombreuses, par la construction de maisons individuelles par exemple, ou des avantages sociaux. Le travail de l’organisation Terre et Culture (rĂ©novation de l’hĂŽpital central de Shoushi) a Ă©tĂ© saluĂ© et il a Ă©tĂ© annoncĂ© l’arrivĂ©e d’un thĂ©rapeute-obstrĂ©ticien suplĂ©mentaire pour amĂ©liorer la qualitĂ© des soins. Malheureusement la rĂ©novation des centres de santĂ© des villages a Ă©tĂ© remis Ă  plus tard.
En 2004, l’Etat a rempli l’ensemble de ses engagements, assurant le financement Ă  100% de tous les budgets. Si en 2004, l’Etat avait allouĂ© 190,8 millions de drams pour la rĂ©novation et l’asphaltage de l’avenue Ghazantchetsots, artĂšre centrale de Shoushi, la rĂ©novation du chauffage de l’adminsitration centrale, des canalisations de la rue Ghondaghsazian, la construction du centre culturel du village de Lisagor, de maisons, de programmes sanitaires, de gazification..., ce montant atteindra 300 millions de drams en 2005, plus que pour aucune rĂ©gion de la RĂ©publique. La construction du grand hĂŽtel par un groupement d’investisseurs Ă©trangers est en cours, les finitions de l’avenue Ghazantchetsots seront bientot terminĂ©s.
Au niveau socio-Ă©conomique, en raison d’une hausse significative des demandes de logements Ă  Shoushi, l’immobilier a conu une hausse sans prĂ©cĂ©dent en 2004. Du coup, nombre de familles ont fait privatiser leur logement l’an dernier, pour ne pas risquer d’en ĂȘtre dĂ©possĂ©dĂ©. En 2004, il Ă©tait enregistrĂ© Ă  Shoushi 47 institutions/associations financĂ©es par l’Etat, 9 sociĂ©tĂ©s coopĂ©ratives industrielles, 25 SARL, 5 joint-ventures, 117 personnes ont reçu des licences pour exercer une profession indĂ©pendante...

5) Site internet, Ă  l’occasion du 24 avril : www.candle.direct.am ; et www.theForgotten.org
VoilĂ  un site internet d’actualitĂ© oĂč vous pourrez dĂ©poser votre cierge. Personnellement, je l’ai enregistrĂ© comme ma page d’accueil Internet. Ce site ne s’explique, ne se dĂ©crit pas, c’est notre mĂ©morial Ă©lectronique. Erevan a Tzitzernakapert, Paris, la statue Komitas, l’Internet a candle.direct.am. Le monde entier s’y est recueilli, Ă  votre tour si vous ne l’avez pas dĂ©jĂ  fait.
Le deuxiĂšme site prĂ©sente le gĂ©nocide. Il est multilingue, trĂšs bien prĂ©sentĂ©. N’hĂ©sitez pas Ă  transfĂ©rer le lien que le falsificateur ne puisse jamais dormir tranquille. Il y a aurra toujours ces fantĂŽmes pour rappeler ce qu’ils ont vĂ©cu. Le peuple armĂ©nien a Ă©tĂ© exterminĂ©, sa terre volĂ©e, ses richesses pillĂ©es. Le crime est Ă©ternel, sa reconnaissance, une dette.
cliquez ici pour un retour vers l'Ă©talage des Carnets de Shoushi