űAwww.wikihay.info/wikihay/index.php?title=Mod%C3%A8le:Shoushi03&printable=yes&printable=yesF:/WikiHay/WikiHay/www.wikihay.info/wikihay/index2db1.htmldelayedwww.wikihay.info/wikihay/index.php?title=Mod%C3%A8le:Shoushi03&printable=yesF:/WikiHay/WikiHay/www.wikihay.info/wikihay/index2db1.html.zxK[Ž]ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÈ ŚńçPOKtext/htmlutf-8gzip@Ű7çPÿÿÿÿÿÿÿÿŐș!WSat, 16 Aug 2014 13:14:36 GMT!°1ïpêêĐêđ)ïPêJ[Ž]ÿÿÿÿÿÿÿÿ çP ModĂšle:Shoushi03 - WikiHay

ModĂšle:Shoushi03

Un article de WikiHay.

Jump to: navigation, search
15 novembre 2004, numéro 3, page 1/2

Nouvelles de Shoushi

Numéro spécial sur Shoushi
Armen Rakedjian et Sanasar Sarian

Quelques photos de personnes cette semaine


Elia Ă©tudiante Ă  Goris


Maçon à Stépanakert


Vartik de Shoushi


Malishka 6ans Ă  Shoushi

Météo
Hiver en embuscade
Temps instable, 5-15°C

Coordonnées
Shoushi group
M. Armen Rakedjian
TĂ©l.:00-374-773-1230

Pour recevoir par mail les Nouvelles de Shoushi
s’inscrire par mail :
r.armen@laposte.net
(N° 2 réceptionné par 97 inscrits)

1) Repeuplement du Karabakh
La meilleure garantie de sĂ©curitĂ© de la RĂ©publique du Haut-Karabakh c’est sa population, d’oĂč un programme spĂ©cifique de repeuplement, principalement des villages frontaliers. Le programme permet aux familles bĂ©nĂ©ficiaires de recevoir une maison, des terres et un crĂ©dit sur 20 ans Ă  taux 0 pour lui permettre d’acheter du bĂ©tail ou du mobilier pour la maison. C’est ainsi que la RHK lance des appels aux candidats volontaires (souvent des familles dĂ©shĂ©ritĂ©es d’ArmĂ©nie ou d’autres pays) Ă  venir habiter au Karabakh sur des terres dont la sĂ©curitĂ© ne pourra ĂȘtre assurĂ©e que par la dynamique dĂ©mographique.
Depuis la libĂ©ration de Shoushi, la RHK a pris en charge l’installation de plus de 20 000 habitants dans les diffĂ©rentes rĂ©gions. DĂ©jĂ  plus d’une centaine de villages ont Ă©tĂ© reconstruits, des dizaines d’écoles et de centre de soin. Le programme a connu une accĂ©lĂ©ration ces deux derniĂšres annĂ©es avec la mise en place d’une administration des rĂ©fugiĂ©s et de la migration placĂ©e sous le contrĂŽle direct du prĂ©sident de la RĂ©publique.
L’objectif affichĂ© est de faire passer d’ici l’an 2010 la population du Karabakh de 145 000 Ă  200 000. Shoushi est au cƓur des enjeux.

2) Enterrement Ă  Shoushi de Roman, Ă©lectricien
A l’occasion du dĂ©cĂšs de Roman, je vous prĂ©sente le dĂ©roulement d’un enterrement en terre d’ArmĂ©nie.
Du jour du dĂ©cĂšs Ă  celui de l’enterrement, la famille est visitĂ©e par les proches et les amis et par toute personne souhaitant exprimer ses condolĂ©ances. Une lampe est gardĂ©e allumĂ©e Ă  l’entrĂ©e de la maison. Il y a un va-et-vient perpĂ©tuel avec des gens rassemblĂ©s devant l’entrĂ©e. Le jour de l’enterrement, fixĂ© ce jour lĂ  Ă  12h, le corps est exposĂ© dans son cercueil aux personnes venues accompagnĂ©es le dĂ©funt vers sa derniĂšre demeure. Le cercueil est emmenĂ© dans un vĂ©hicule, avec sa famille, tandis que la population, elle, monte Ă  pied jusqu’au cimetiĂšre (Ă  Shoushi le cimetiĂšre armĂ©nien est tout en haut de la ville). Sur le chemin sont dispersĂ©s des Ɠillets. Le cercueil est posĂ© Ă  cĂŽtĂ© de la tombe creusĂ©e, le visage Ă  dĂ©couvert. Les lamentations cĂšdent la place Ă  une intervention orale en la mĂ©moire du disparu.
Le cercueil sera recouvert par les prĂ©sents Ă  la cĂ©rĂ©monie. Chacun jette une poignĂ©e de terre, ou utilise la pelle, Ă  tour de rĂŽle. On recouvre le monticule de terre de pierres en marbre poli disposĂ©es en croix. On les recouvre de fleurs. Chacun par en saluant une derniĂšre fois le disparu en touchant sa tombe. On redescend au repas prĂ©parĂ©. Plus de 100 personnes y participent. Les seules paroles au cours de ce repas funĂ©raire furent celles du tamada, le chef d’entreprise dans laquelle travaillait Roman.
Des commémorations publiques sont ensuite organisées le 7Úme jour et le 40Úme jours suivant la mort.
15 novembre 2004, numéro 3, page 2/2
3) ActualitĂ©s :
Le 9 novembre un nouveau tronçon de la Route dorsale du Karabakh a Ă©tĂ© inaugurĂ© : celui de 11 km de Saroushen Ă  Karmir Shouka. C’était une cĂ©rĂ©monie en grande pompe avec une prĂ©sence de marque : le PrĂ©sident d’ArmĂ©nie, Robert Kotcharian. Actuellement trois autres tronçons sont en cours de construction : ceux au nord du carrefour de Vank Ă  Kitchan, et de Kitchan Ă  Drmbon, et un au sud de Hadrout Ă  Tsakhouri, essentiellement travaillĂ© Ă  la dynamite pour ouvrir la voie Ă  travers la montagne.
Durant cette quinzaine Shoushi a vu s’ouvrir sa premiĂšre salle informatique avec jeux d’ordinateur. On y trouve aussi une photocopieuse. C’est la premiĂšre de la ville accessible au public, moyennant 30 drams la page noire et blanc, contre 15/20 Ă  StĂ©panakert et jusqu’à 7 Ă  Erevan. Le lieu a Ă©tĂ© financĂ© par un armĂ©nien de Russie qui a dĂ©jĂ  un pied Ă  terre Ă  Shoushi.
Les travaux d’asphaltage Ă  Shoushi sont allĂ©s bon train cette derniĂšre semaine. Les ouvriers travaillent de 8h le matin Ă  tard le soir Ă  la lueur des phares des rouleaux compresseurs. Nous assistons Ă  une vĂ©ritable course avant l’installation de l’hiver. DĂ©sormais l’on peut se rendre jusqu’à l’église de Ghazantchetsots, et mĂȘme plus loin en descendant l’avenue, en roulant sur une chaussĂ©e entiĂšrement asphaltĂ©e. Les jardiniĂšres sont dĂ©limitĂ©es simultanĂ©ment ; les plantations seraient-elles programmĂ©es pour le printemps prochain ?


4) L’association des rĂ©fugiĂ©s d’Artsakh
Cet Ă©tĂ© a Ă©tĂ© crĂ©Ă© dans la RĂ©publique du Haut-Karabakh l’association non-gouvernementale des rĂ©fugiĂ©s. Les premiers rĂ©fugiĂ©s sont arrivĂ©s dans la RĂ©publique du Haut-Karabakh en 1988 suite au pogrom de SoumgaĂŻt. AprĂšs toutes ces annĂ©es ces rĂ©fugiĂ©s n’ont toujours pas reçu le statut de rĂ©fugiĂ©. NĂ©anmoins depuis l’an dernier grĂące Ă  l’action du gouvernement de la RHK, le Groupe de Minsk (groupe chargĂ© d’encadrer les nĂ©gociations de paix) vient de reconnaĂźtre au Karabakh la prĂ©sence de rĂ©fugiĂ©s sur son sol. Mais depuis un an, l’association sus mentionnĂ©e n’a jamais pu lier contact avec l’ONU-HCR, l’organe de l’ONU qui s’occupe des populations dĂ©placĂ©es et rĂ©fugiĂ©s, puisque la RĂ©publique du Haut-Karabakh n’est toujours pas reconnu par la communautĂ© internationale. L’ONU ne peut fournir aucune aide et ce en dĂ©pit du rĂ©sultat des dĂ©libĂ©rations au sein du Groupe de Minsk.
L’association nouvellement crĂ©Ă©e est la premiĂšre qui dĂ©fende les droits des rĂ©fugiĂ©s auprĂšs des autoritĂ©s locales mais aussi Ă  l’extĂ©rieur de la RHK. L’association a Ă©tabli son siĂšge dans la ville de Shoushi, une ville de rĂ©fugiĂ©s qui a accueilli les populations chassĂ©es non seulement d’AzerbaĂŻdjan mais aussi des villages des rĂ©gions toujours occupĂ©es (Shaoumian, Guetashen, vallĂ©es de Martouni et de Martakert).
Certes chaque rĂ©gion dispose dĂ©jĂ  de ses propres organisations mais les moyens manquent pour mener de rĂ©elles actions d’envergure. Le travail actuellement rĂ©alisĂ© par la nouvelle association (cartographie des rĂ©fugiĂ©s, organisation de sĂ©minaires et de rencontres, soutien aux familles dĂ©favorisĂ©es
) est le rĂ©sultat d’initiatives privĂ©es de personnes vivant aux Etats-Unis, Ă  Londres, en ArmĂ©nie et au Karabakh, et pas seulement de personnes d’origines armĂ©niennes.
Par Sanasar Sarian, prĂ©sident de l’association des RĂ©fugiĂ©s du Karabakh.

5) Un site internet http://www.caucaz.com
VoilĂ  un site internet nouveau qui fournit une information en français sur les trois pays transcaucasien, l’ArmĂ©nie, l’AzerbaĂŻdjan et la GĂ©orgie et la rĂ©gion du Caucase en gĂ©nĂ©ral et ses acteurs. A l’occasion de la crĂ©ation du site et de leur lettre hebdomadaire d’information, un dossier d’une quarantaine de pages a Ă©tĂ© prĂ©parĂ© et est prĂ©sentĂ© en ligne. Le magasine se veut indĂ©pendant et d’inspiration europĂ©enne. Il a des contacts Ă©troits avec le pĂ©riodique « Le Courrier de l’Est Â».
cliquez ici pour un retour vers l'Ă©talage des Carnets de Shoushi