űAwww.wikihay.info/wikihay/index.php?title=Mod%C3%A8le:Shoushi02&printable=yes&printable=yesF:/WikiHay/WikiHay/www.wikihay.info/wikihay/index0c19.htmldelayedwww.wikihay.info/wikihay/index.php?title=Mod%C3%A8le:Shoushi02&printable=yesF:/WikiHay/WikiHay/www.wikihay.info/wikihay/index0c19.html.zx@[Ž]ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÈ Śń-OOKtext/htmlutf-8gzip@Ű7-OÿÿÿÿÿÿÿÿŐș!WSat, 16 Aug 2014 13:14:36 GMT!°1ïpêêĐêđ)ïPê?[Ž]ÿÿÿÿÿÿÿÿg-O ModĂšle:Shoushi02 - WikiHay

ModĂšle:Shoushi02

Un article de WikiHay.

Jump to: navigation, search
1er novembre 2004, numéro 2, page 1/2

Nouvelles de Shoushi

Rédigé avec les membres du club francophone de Stépanakert
Anouche Arzoumanian, Marta Barseghian, Henrik Haroutounian (traduit par Luciné), Raya Pogossian, Armen Rakedjian

RĂ©alisations du Fonds armĂ©nien « Hayastan Â»


Nouvelle Ă©cole de Shosh ouverte le 18 octobre.


Route dorsale, asphaltage Ă  Saroushen le 18/10/04


Route dorsale finitions le mĂȘme jour.


Un des premiers tronçons et toujours en Ă©tat : dashboulagh-Khachen.

Météo
ForĂȘts d’automne
Soleil éclatant, 10-20°C

Coordonnées
Shoushi group
M. Armen Rakedjian
TĂ©l.:00-374-7-235523

Pour recevoir par mail les Nouvelles de Shoushi
s’inscrire par mail :
r.armen@laposte.net
(N° 1 réceptionné par 91 inscrits)

1) A l’occasion du PhonĂ©thon : la Route dorsale du Karabakh
La route nord-sud du Karabakh, telle qu’elle est construire constituera la colonne vertĂ©brale du Karabakh avec un intĂ©rĂȘt stratĂ©gique de premier plan pour la RĂ©publique.
J’ai passĂ© les 67 annĂ©es de ma vie au Karabakh dont 46 Ă  travailler Ă  diffĂ©rents postes dans le transport routier. J’ai Ă©tĂ© tĂ©moin de tous les mĂ©fait commis par les barbares turcs. Nous ne pourrons vraiment surmonter ces mĂ©faits et les difficultĂ©s qu’aprĂšs l’achĂšvement de la Route dorsale.
Cette route importante ne relie pas seulement l’Artsakh (nom armĂ©nien du Karabakh) aux rĂ©gions frontaliĂšres de la mĂšre ArmĂ©nie, comme celle du Syunik au sud, permettant d’accĂ©der ainsi jusqu’à celle d’Aragatsotn au nord mais aussi les rĂ©gions internes d’Artsakh entre elles : AskĂ©ran, Hadrout, Karvadjar, Mardakert, Martouni et Shoushi.
Les travaux de la construction de la route se poursuivent. Nous espĂ©rons que les travaux seront achevĂ©s grĂące Ă  l’aide de la diaspora.
Henrik Haroutounian traduit par Luciné

Pour tout renseignement sur le Phonéthon pour la construction de la Route dorsale du Karabakh, organisé du 13 au 16 novembre 2004, téléphoner au bureau du Fonds arménien de France au 01-48-83-51-06


2) Le Karabakh pour les Karabakhtsis
« Karabakh est mon pavot, il est rouge mais a le cƓur noir
 Â»
Chaque fois en parlant du Karabakh, je me rappelle aussitĂŽt des lignes de Chiraz, un grand Ă©crivain armĂ©nien du XIXĂšme siĂšcle qui a exactement dĂ©crit de cette maniĂšre le Karabakh, en le comparant au pavot. On peut attribuer ces lignes Ă  la vie extĂ©rieure et intĂ©rieure d’Artsakh. En le comparant avec la guerre incessante d’Artsakh le rouge symbolise la perte que le peuple du Karabakh a subi ayant eu un chagrin noir au cƓur. Jusqu’à prĂ©sent les karabakhtsis luttent pour crĂ©er leur maison, leur forteresse oĂč leur clair avenir dominera.
Les karabakhtsis rĂȘvaient de voir leur pays indĂ©pendant et ils font tout leur possible de voir un rĂȘve rĂ©alisĂ©.
J’espĂšre que le rĂȘve de tous les karabakhtsis va se rĂ©aliser non seulement par eux-mĂȘmes, mais aussi avec l’assistance de tout le monde armĂ©nien.
Karabakh est le seul foyer pour qui les karabakhtsis sont prĂȘts Ă  sacrifier leurs vies afin de garder ce qui a Ă©tĂ© obtenu Ă  tout prix (au prix du sang).
Martha Barseghian.
1er novembre 2004, numéro 2, page 2/2
3) Mets Shen, un village du Karabakh
Mets Shen, dans la rĂ©gion de Mardakert, avec une trĂšs belle nature, entourĂ© de montagnes et de vastes et riches forĂȘts est l’un des plus anciens et des plus petits villages du Karabakh. La guerre l’a durement affectĂ©, les jeunes sont partis pour suivre des Ă©tudes, amĂ©liorer leur situation. Seuls sont restĂ©s les vieillards qui travaillent la terre, s’occupent de leurs bĂȘtes, leur unique moyen de subsistance. Ces hommes courageux passent les hivers rigoureux Ă  cĂŽtĂ© de leur poĂȘle, dans l’espoir que l’étĂ© ramĂšnera leurs petits-enfants.
Mets Shen est difficile d’accĂšs de StĂ©panakert. Elle n’est pas desservie. Le seul autobus qui existe s’arrĂȘte au village voisin. La fin du voyage se fait Ă  pied. Ce qu’il y a d’agrĂ©able c’est que ces gens ne se plaignent pas de leur vie, ils sont heureux d’avoir la chance de vivre au cƓur de la nature, loin de la saletĂ© du monde. Ces gens sont naĂŻfs, mais sincĂšres, ils sont plus prĂšs de Dieu que nous.
Raya Pogossian et Anouche Arzoumanian


4) ActualitĂ©s :
La Baronne Caroline Cox en visite au Karabakh
Porte-parole du Conseil des Lords du Royaume-unis, elle a effectuĂ© une visite. Avec sa dĂ©lĂ©gation, dont plusieurs dĂ©putĂ©s du Royaume-Unis, elle a rencontrĂ© le PrĂ©sident de la RHK, Arkady Ghoukassian, le Premier ministre, Anoushavan DaniĂ©lian, et plusieurs reprĂ©sentants d’organisation non gouvernementales.
Pour vous situer le personnage, la Baronne s’occupait de lutter contre le rĂ©gime soviĂ©tique quand a Ă©clatĂ© le mouvement d’indĂ©pendance du Karabakh. En 1989, au cours d’une de ses visites Ă  Moscou, elle est invitĂ©e par Zori Balayan, Ă©crivain alors dĂ©putĂ© aussi, Ă  se rendre au Karabakh constater le rĂ©sultat de la politique hostile de la R.S.S. d’AzerbaĂŻdjan, avec l’assentiment de Moscou Ă  l’époque. Ce sera une rĂ©vĂ©lation. Depuis elle vient ici plusieurs fois par an. Au temps de la guerre, elle a Ă©tĂ© d’une efficacitĂ© exemplaire, brillant par sa prĂ©sence, tant Ă  StĂ©panakert sous les bombardements que sur les postes avancĂ©s apportant rĂ©confort aux combattants et assurant une assistance humanitaire des plus prĂ©cieuses. Ensuite elle a pris une part active au renouveau du Karabakh, envoyant des ordinateurs, offrant des vaches Ă  plusieurs villages, et allant mĂȘme jusqu’à crĂ©er et prendre en charge le fonctionnement d’un centre pour les mutilĂ©s de la guerre, fournissant les prothĂšses et les soins qui manquaient jusqu’alors. En 2001 elle a organisĂ© et effectuĂ© la premiĂšre marche-pĂšlerinage de Lisagor Ă  Gandzassar (4 jours de marche, sous la grĂȘle et la pluie) permettant Ă  des reprĂ©sentants de plusieurs dizaines de pays de se rencontrer et de discuter. La Baronne Caroline Cox a aussi permis la publication de plusieurs livres sur le Karabakh et mĂšne un important travail de communication en faveur du Karabakh auprĂšs des autoritĂ©s britanniques.
Le fait que le Royaume-Unis ait sa part de responsabilitĂ© dans le conflit qui a ravagĂ© le Karabakh n’est pas pour rien dans l’investissement du Royaume-Unis dont elle est la reprĂ©sentant Ă  chacune de ses visites ici. Au cours de la premiĂšre guerre mondiale, la Grande Bretagne avait pris une part active au morcellement de la RĂ©publique d’ArmĂ©nie de 1918-1920.


5) Un site internet http://www.netarménie.com
AprĂšs les Nouvelles d’ArmĂ©nie Magazine Â», voici celui-ci mis Ă  jour par l’association GIIA, le Groupement Interprofessionnel International armĂ©nien. C’est un site qui se veut comme un portail pour qui veut dĂ©couvrir ou redĂ©couvrir l’ArmĂ©nie et le peuple armĂ©nien. Vous y trouverez prĂ©sentĂ© l’entreprise armĂ©nienne du mois, les derniĂšres nouveautĂ©s artistiques, etc. et puis c’est bien sĂ»r un forum de discussion, comme en Ă©cho Ă  celui d’armenews.com.
cliquez ici pour un retour vers l'Ă©talage des Carnets de Shoushi