űAwww.wikihay.info/wikihay/index.php?title=Mod%C3%A8le:Shoushi23F:/WikiHay/WikiHay/www.wikihay.info/wikihay/index070c.htmldelayedwww.wikihay.info/wikihay/index.php?title=Image:Nouvelles_de_Shoushi_23_02.jpgF:/WikiHay/WikiHay/www.wikihay.info/wikihay/index070c.html.zx‡NŽ]ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÈ€ŃÓŠVOKtext/htmlutf-8gzip@Ű7ŠVÿÿÿÿÿÿÿÿŐș!WSat, 16 Aug 2014 13:14:36 GMTÍ°1ïpêêĐêđ)ïPê‡NŽ]ÿÿÿÿÿÿÿÿ[ŠV ModĂšle:Shoushi23 - WikiHay

ModĂšle:Shoushi23

Un article de WikiHay.

Jump to: navigation, search
15 décembre 2005, numéro 23, page 1/2

Nouvelles de Shoushi

RĂ©daction : Armen Rakedjian
Djoulfa, mort en scĂšne


«Eternels nous sommes, comme nos montagnes»,
Andrei Sakharov


Nakhitchevan Ă  gauche,
Araxe au centre,
Iran Ă  droite


Massacreurs au travail


La voie ferrée frontaliÚre, et les soldats

Photos extraites du site du catholicossat de Cilicie

MĂ©tĂ©o Shoushi :
Temps: Grand soleil
Temp.: 15°C

Coordonnées
Shoushi group
M. Armen Rakedjian
TĂ©l.: (374) 972-31255
www.shoushi-group.com

Pour recevoir par mail les Nouvelles de Shoushi
s’inscrire par mail :
r.armen@laposte.net

A l’assassin, les azĂ©ris rasent le cimetiĂšre de Djoulfa
L’annonce faite sur le site des Nouvelles d’ArmĂ©nie Magazine (www.armenews.com) m’a obligĂ© Ă  modifier le contenu de cette premiĂšre page, Ă  l’origine elle devait etre consacrĂ©e au dĂ©veloppement des nouvelles technologies Ă  Shoushi.
Depuis le 10 dĂ©cembre, l’armĂ©e azĂ©rie organise une nouvelle phase de destruction du cimetiĂšre armĂ©nien de Djoulfa, situĂ© au Nakhitchevan. Ce cimĂ©tiĂšre se trouve juste Ă  la frontiĂšre iranienne, mais du mauvais cotĂ©. J’avais dĂ©jĂ  abordĂ© la situation dans mon Carnet de voyage numĂ©ro 6 envoyĂ© le 29 mars 2004 traitant de l’identitĂ© armĂ©nienne, un texte que vous pouvez retrouver sur le prĂ©sent site internet (Publications, Carnet de voyage, numĂ©ro 6). Comme quoi rien n’a changĂ©.
Le cimetiĂšre de Djoulfa Ă©tait l’une des plus grandes richesses de l’hĂ©ritage culturel du peuple armĂ©nien. Mais des plus de 12 000 khatchkars qu’il comptait, il n’en restait que quelques centaines il y a quelques semaines encore. Qu’en sera-t-il dans les jours Ă  venir. La communautĂ© internationale fetera-t-elle le passage Ă  la nouvelle annĂ©e sachant qu’elle n’a rien fait pour prĂ©server une richesse du Patrimoine mondial de l’humanitĂ©? Car depuis l’éclatement de l’URSS les appels et les tĂ©moignages se sont faits pressents, les dĂ©nonciations permanentes mais personne n’a jamais rĂ©agit ne serait-ce que pour condamner la politique de nĂ©gation de l’Azerbaidjan. Les armĂ©niens font face Ă  un silence de connivence, nul n’a jamais levĂ© la voix pour demander des comptes Ă  l’Azerbaidjan, l’obliger Ă  prĂ©server des pillages ce que des siĂšcles entiers ont Ă©rigĂ©.
Depuis le dĂ©but des annĂ©es 90, les buldozers, les travaux en tout genre et Ă  prĂ©sent la finition Ă  la main de l’homme ont rĂ©duit presque Ă  nĂ©ant des siĂšcles d’histoire.
Il est nĂ©cessaire d’obtenir un droit de rĂ©ponse, en dĂ©nonçant et en manifestant contre ce crime. Comment peut-on se taire quand on sait qu’un peuple termine d’achever le gĂ©nocide d’un autre peuple. AprĂšs avoir poussĂ© Ă  l’exil les centaines de milliers d’armĂ©niens qui vivaient au Nakhitchevan, l’Etat azĂ©ri s’active Ă  effacer toute trace de cette prĂ©sence. Seuls des personnes n’ayant aucun respect d’elles-memes peuvent ainsi s’attaquer Ă  des sĂ©pultures, des morts qui espĂ©raient rester en paix dans leur ultime demeure. Seuls les animaux ne font pas de sĂ©pultures. Ce massacre dĂ©montre Ă  quel niveau les azĂ©ris considĂšrent la nature humaine: Ă  rien du tout. (cf. Louise Kiffer, forum armenews.com, page 1759).
La dĂ©nonciation doit etre suivies de dĂ©cisions, tant en diaspora qu’en ArmĂ©nie, il doit y avoir une rĂ©action, l’apatie ne plus etre tolĂ©rĂ©e. A croire que ceci est la surface Ă©mergĂ©e du dialogue armĂ©no-azĂ©ri.
A quoi bon poursuivre Ă  discuter avec un peuple qui ne respecte meme pas la situation de communication, je ne parle meme pas de respect de l’interlocuteur. Comment les nĂ©gociateurs peuvent continuer Ă  penser que les azĂ©ris puissent vouloir dialoguer, meme en Ă©tant de bonne foi, les faits parlent d’eux-memes. La persĂ©vĂ©rence Ă  trouver une solution au conflit atteint un niveau de dĂ©considĂ©ration jamais atteint.
L’ArmĂ©nie doit dĂ©clarer le rattachement du Karabakh, le risque est grand, mais la cause comprĂ©hensible.
L’Azerbaidjan est un peuple assassin, l’azĂ©ri fait preuve annĂ©e aprĂšs annĂ©e de l’enracinement de son hĂ©rĂ©sie. Il s’active Ă  transformer son territoire en dĂ©sert culturel.
Djoulfa est en train de partir en fumĂ©e. Les azĂ©ris assassinent dans l’indiffĂ©rence.

Mort de Djoulfa en photos:
http://www.cathcil.org/v04/doc/English/cathcilnewseng.htm#2
15 décembre 2005, numéro 23, page 2/2
2) Une localitĂ© d’actualitĂ© : Djoulfa
SituĂ©e sur les rives de la riviĂšre Araxe, la ville de Djoulfa a Ă©tĂ© une citĂ© armĂ©nienne jusqu’à ce que le Shah Abbas Ier dĂ©cide en 1604-1605 la dĂ©portation de ses habitants pour les Ă©tablir prĂšs d’Ispahan ou ils fondĂšrent la «Nouvelle Djoulfa». Les armĂ©niens recommenceront leur activitĂ© de commerce travaillant jusqu’en occident. C’est ainsi que la «Nouvelle Djoulfa», dans la suite de la Djoulfa «historique» devint un centre du peuple armĂ©nien. Aujourd’hui la Nouvelle Djoulfa compte l’une des bibliothĂšques armĂ©niennes les plus riches du monde. Djoulfa elle restait un haut lieu de la culture armĂ©nienne, l’hĂ©ritage de sa splendeur passĂ©e couvrant la terre de prĂšs de 12 000 khatchkars. Rien ne doit rester, ni meme le soufle loin de fantomes, des tombes parfois millĂ©naires, un tĂ©moignage du passĂ© unique au monde anĂ©anti au buldozer.

3) Actualités
TournĂ©e des reprĂ©sentants du groupe de Minsk :
Les reprĂ©sentants du Groupe de Minsk chargĂ© d’aider Ă  trouver une solution nĂ©gociĂ©e au problĂšme du Haut-Karabakh sont actuellement en visite dans le Caucase. L’objectif de leur venue est de fixer une date Ă  la prochaine recontre entre les prĂ©sidents armĂ©niens et azĂ©ris. Le processus semble au point mord, mais chacun d’annoncer que l’annĂ©e 2006 sera dĂ©cisive quant Ă  la rĂ©solution du conflit. Mais c’est peut-etre pour dynamiseer ce processus que Vartan Oskanian, le Ministre des Affaires Ă©trangĂšres d’ArmĂ©nie a annoncĂ© qu’en cas d’échec ou d’impasse, l’ArmĂ©nie pourrait dĂ©cider de reconnaitre la RĂ©publique du Haut-Karabakh.

Anniversaire du rĂ©fĂ©rendum d’autodĂ©termination du Karabakh :
C’était le 10 dĂ©cembre 1991 que le Karabakh organisait son rĂ©fĂ©rendum populaire d’autodĂ©termination. Il permit de confirmer l’indĂ©pendance de la rĂ©gion proclamĂ©e le 2 septembre de la meme annĂ©e par le Soviet local, suivant la procĂ©dure d’usage au temps de l’Union soviĂ©tique. Le rĂ©fĂ©rendum fut suivi de l’organisation des premiĂšres Ă©lections lĂ©gislatives qui permirent la formation du premier gouvernement. C’était le prĂ©mice Ă  bien des difficultĂ©s qu’aucun en ce temps n’osait espĂ©rer. Mais la folie a ses raisons que la conscience ignore.

Mtournoi de billard Ă  StĂ©panakert (Azat Artsakh :
Le 7 et le 8 dĂ©cembre s’est tenu un tournoi de billard Ă  StĂ©panakert. Le billard est une activitĂ© assez en vu Ă  stĂ©panakert, de nombreux cafĂ© proposant aux clients des tables de jeux. Le billard est l’une des quelques dizaines de sports organisĂ©s dans le cadre d’une fĂ©dĂ©ration.

DĂ©claration du PrĂ©sident Arkady Ghoukassian :
A l’occasion de la visite des reprĂ©sentants du Groupe de Minsk, le PrĂ©sident Arkady Ghoukasssian a expliquĂ© que les discussions actuelles pour la rĂ©solution du conflit du Haut-Karabakh ne peuvent permettre de parvenir Ă  une rĂ©solution, voire de s’en rapprocher, Ă  partir du moment ou le peuple du karabakh n’est pas reprĂ©sentĂ©, alors meme qu’il est le premier concernĂ© par une rĂ©solution du conflit. Arkady Gfhoukassian a de nouveau appelĂ© Ă  une participation directe des autoritĂ©s du Karabakh au processus de paix.

4) Site internet : www.cathcil.org
Voici le site internet du Catholicossat de Cilicie dont le siĂšge est basĂ© Ă  AntĂ©lias, au Liban. Vous y trouverez toute l’actualitĂ© de l’Eglise armĂ©nienne d’Orient. Car les armĂ©niens ont pour habitude de fonctionner en dualitĂ© et l’Eglise n’est que la confirmation de cette situation puisque partagĂ©e entre ce catolicossat et celui d’Etchmiadzine. Ainsi avons nous de tout temps la notion de Diaspora opposĂ©e Ă  celle de l’ArmĂ©nie, elle meme partagĂ©e en son temps entre ArmĂ©nie occidentale et ArmĂ©nie Orientale et aujourd’hui entre ArmĂ©nie et Karabakh. Et c’est dans la continuitĂ© de tout ceci que les armĂ©niens du monde parlent deux formes d’armĂ©nien...
cliquez ici pour un retour vers l'Ă©talage des Carnets de Shoushi