ÝAwww.wikihay.info/wikihay/index.php?title=Lac_Sevan&printable=yes&printable=yesF:/WikiHay/WikiHay/www.wikihay.info/wikihay/indexa61c.htmldelayedwww.wikihay.info/wikihay/index.php?title=Lac_Sevan&printable=yesF:/WikiHay/WikiHay/www.wikihay.info/wikihay/indexa61c.html.zxrVé]ˇˇˇˇˇˇˇˇˇˇˇˇˇˇˇˇˇˇˇˇ»źĶ»žIOKtext/htmlutf-8gzip88žIˇˇˇˇˇˇˇˇ’ļ!WSat, 16 Aug 2014 13:14:36 GMTbį1Ôp͖͟Íū)ÔPÍqVé]ˇˇˇˇˇˇˇˇÜžI Lac Sevan - WikiHay

Lac Sevan

Un article de WikiHay.

Jump to: navigation, search
Le lac Sevan (ancien Goktcha)

participations: voir en fin de cadre

Le lac Sevan initial (avant 1930) était une masse d'eau aux proportions définies par ses 1413 km2 et ses 95 mètres de profondeur maximale. Ces définitions ne restent pas anodines quand on les complète avec une 3me notion de mesure: altitude = 1916 mètres.


Le lac Sevan dans les montagnes para√ģt ainsi comme un ph√©nom√®ne de la nature.


L'essor √©conomique sovi√©tique s'√©chafaudait selon une strat√©gie de plans quinquennaux. Il s'agissait du d√©veloppement industriel, agricole et √©nerg√©tique pour les r√©publiques de l'Union. En bon disciple, la R√©publique Socialiste Arm√©nienne suivait ce principe d√©volu au progr√®s. Apr√®s la seconde guerre mondiale, la technologie pour un am√©nagement hydro-√©lectrique ambitieux d√©signait la Zanga. Cette rivi√®re, √† la sortie du lac Sevan, sera donc employ√©e √† alimenter par son cours une suite de centrales hydro-√©lectriques construites d'amont en aval pour r√©nover les infrastructures existantes. Les pr√©paratifs accomplis par les ouvriers et les ing√©nieurs pour la mise en service de cette nouvelle fourniture d'√©nergie nationale, transform√®rent la Zanga en un fleuve puissant (couramment appel√© "fleuve Hrazdan", du nom de la ville). Ainsi sans consid√©ration pour l'environnement, le niveau du lac fut abaiss√© de 50 m√®tres afin d'√©viter les d√©perditions d√Ľes √† l'√©vaporation sur les zones au sud-est de faible profondeur qui captaient les flots ainsi offerts au gaspillage... Les r√©percussions des am√©nagements semblaient peu consid√©rables aux yeux des responsables de l'√©poque. Seul le rendement √©nerg√©tique comptait. R√©sultat: des 1413 km2 cit√©s au d√©but de cet article, il ne rest√Ęt que 240 km2 ( ref: l'Arm√©nie Jean-Pierre Alem, coll "Que sais-je?", Presses universitaires, 4me ed refondue 1983 )

on per√ßoit les montagnes !!

"ichkan", la truite "prince"
En théorie, les chiffres des ingénieurs désignaient le Sevan original comme un frein à la productivité. Les premières observations ayant trait à la Zanga primitive établissaient une évacuation de l'ordre de 5% seulement de la totalité des eaux apportées par les 28 rivières nourrices. Le lac dans ses grandes dimensions était donc un intermédiaire parasite amenuisant la transmission des flots vers le Hrazdan. Les études concluaient à un apport entier possible parallèlement à une diminution du lac.

Par la suite, le Hrazdan tel un fleuve, pourvoira au dispositif des centrales √©chelonn√©es sur son cours. Car il s'agissait aussi de fournir Erevan la capitale, et son industrie, dont l'√©lectricit√© arrivait du plus important √©l√©ment de la cha√ģne: Kanaker.


Remarque: Après la seconde guerre mondiale, les aménagements pour augmenter la productivité hydro-électrique signifiaient une diminution de la hauteur du plan de surface. Mais déjà celui-ci était mesuré moindre d'une vingtaine de mètres vis à vis du quota naturel initial des années 1920. En effet, depuis cette époque le pompage aquatique intensif grandissant était utilisé à irriguer les cultures.


Apr√®s les grandes entreprises staliniennes visant √† dominer la nature, c'est lors des ann√©es soixante que le lac √©chappa au processus d'ass√®chement (pr√īn√© dans L‚Äôhydrocentrale roman sovi√©tique de Marietta Chaguinian). En 1975, √† l'inauguration de la centrale nucl√©aire de Medzamor, l'arr√™t d√©terminant de la production hydro-√©lectrique marqua une √©tape importante pour la pr√©servation du lac. Et c'est en 1978 que sera scell√© le changement des mentalit√©s par une conscience arm√©nienne pour la sauvegarde de la valeur du lac d√©clar√© parc naturel. En 1981 sera m√™me am√©lior√© et termin√© l'am√©nagement dans la montagne d'un tunnel (L=48 km) commenc√© en 1963 et permettant, au final, le d√©tournement entier des eaux de l'Arpa, un torrent avec son √©coulement de 250 millions m3/an ainsi ajout√© au nombre des apports attribu√©s √† l'alimentation du Sevan.

Les efforts du gouvernement actuel (mesures strictes) depuis plusieurs années, tendent enfin à sauver le Sevan. La faune sub-aquatique, encore fragile mais rescapée, existe toujours et parmi les espèces principales du biotope lacustre spécifique, on peut citer:

  • le cor√©gone (siga), il s'agit d'un poisson qui ressemblerait plut√īt au bar (loup) et qui, de ce fait est appr√©ci√© pour sa chair abondante
  • une sorte de truite (ichkhan) sujette √† √©laborations cullinaires aboutissant sur les assiettes des gourmets


En conclusion, la surface de l'eau remonte progressivement mais n'atteindra plus un quota naturel... Une différence de hauteur d'une vingtaine de mètres persistera. Des maisons, des infrastructures (par exemple: le chemin de fer) et des champs cultivés aménagés alentour limitent désormais les bonnes volontés écologistes.

La fiche descriptive du lac actuel:
occupe 5% de la surface de l'Arménie
couvrant 940 km2
alimenté par 28 rivières
10% du volume d'eau s'écoule par le fleuve de Hrazdan
le lac a un volume de 58.5 km3
80% de ressources nationales en eau
plus de 200 km de rivage
le lac √©talonne des mar√©es !


Le lac Sevan et les centrales hydro-électriques: un dossier écologique

La centrale nucléaire électrique de Medzamor (mise en service en 1976) génère un autre dossier relatif à l'environnement mais la question est de savoir si ces deux périls se cumulent ou se temporisent... Voilà la controverse...

cliquez ici pour un retour vers l'extension Faune&Flore.
avec la participation de grands voyageurs, 4 photos du lac Sevan  pages Web de Maxime
cliquez ici pour un retour vers l'extension Faune&Flore.